Je fais des vins natures moins le quart!™ ©

logo représentant le vin nature moins le quart
Crédit image : Laurence MELLINGER

Mon ami, Didier G., a mis le doigt sur une de mes contradictions que je dois éclaircir.

Depuis que je fais du vin avec les Donneurs de Temps, je suis persuadé de faire du vin nature. Mais c’est litigieux! En effet, il peut m’arriver d’utiliser de petites doses de soufre ainsi, qu’occasionnellement, de la bentonite (une argile de collage). De plus, je n’exclus pas un jour devoir utiliser, si nécessaire, de l’acide tartrique dans mes vins.

Alors, le vin nature, ça n’est que du raisin?

Le terme « vin nature » ou « vin naturel » est proscrit par le service des fraudes en France. En l’absence de cadre légal, pas de règles, ni de contrôle.

Le texte de la DIRECCTE indique que, « réglementairement parlant », les mots « nature« , « naturel » ou tout autre appellations semblables ne peuvent pas être utilisées pour le vin. Par ailleurs, le comité national de l’agriculture biologique de l’INAO a récemment précisé que « réglementairement, le mot nature ne peut pas être utilisé pour le vin. Selon le codex agroalimentaire, ne peuvent prétendre à ce terme que les aliments bruts, qui ont été à la limite tranchés ou râpés. Mais pas fermentés ou conditionnés… ».

Je réalise donc, d’après Philippe et Didier, des vins natures moins le quart ™ ©

Depuis le millésime 2012, tous mes vins avaient, à l’analyse, moins de 30mg/L de SO2 total.

Toutes les cuvées des millésimes 2012, 2013 et 2015 étaient sans soufre ajoutés. Mais, à l’analyse, elles se trouvaient avec plus de 10mg/L de SO2 total (produit par les levures).

En 2014 et 2017, les cuvées de rouges ont été sulfitées à 2g/hL (20mg/L de SO2 ajoutés).

En 2016, toutes les cuvées ont reçu 1 à 2g/hL de SO2.

Mon sentiment

Pour faire du vin nature à 100% (pur jus, si je puis dire), il faut donc des vignes et un vigneron en santé. J’ai eu, pour ma part, une petite baisse de régime mais je mets en place de nouvelles techniques pour m’épargner et pour faire des vins qui, je l’espère susciterons l’émotion.

Vous pouvez consulter l’article consacré aux vins naturels sur le site de l’UFC Que choisir : https://www.quechoisir.org/enquete-vins-naturels-du-raisin-et-rien-d-autre-n65943

Le Bio peut-il se passer de traitements et de pesticides?

Ce week-end, j’ai vu dans un grand magasin, un rayon bio forcément vert avec écrit en gros sans pesticide et sans herbicide (leur bio).

Je suis navré pour les consommateurs qui pensent cette phrase juste.  « Bio sans pesticide » est un abus de langage voire même un mensonge. En effet, de nombreuses cultures avec une seule espèce (autrement appelées « monoculture ») et en particulier la vigne ont besoin de traitements pour produire.

En agriculture biologique, nous avons le droit d’utiliser principalement des oxydes de cuivre et du soufre. Ces deux matières actives naturelles sont à considérer comme des pesticides non organiques de synthèse. Le supermarché, lui, ne veux pas perdre son temps à expliquer que le Bio correspond à la non-utilisation de produits organiques de synthèse (molécules crées par l’homme par réaction chimique à partir du pétrole essentiellement). Dans ces molécules de synthèse interdites, il y a notamment tous les désherbants et d’autres pesticides.

Pour en savoir plus, une belle plaquette qui explique la viticulture biologique faite par  Anne-Claire Bordreuil pour Interbio Franche-comté.

http://www.interbio-franche-comte.com/view.php/Depliant%20Viticulture%20bio%202017.pdf